Vendredi 21

Aller en bas

Vendredi 21

Message  laen le Jeu 20 Déc - 15:14

Partie confirmée pour ce vendredi ?
avatar
laen
Baron/Baronne
Baron/Baronne

Nombre de messages : 268
Date d'inscription : 10/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  tipav le Jeu 20 Déc - 15:50

Bah oui. Sven aux manettes.
avatar
tipav
Duc/Duchesse
Duc/Duchesse

Nombre de messages : 647
Age : 48
Date d'inscription : 02/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Zarkias le Jeu 20 Déc - 21:50

Yep
avatar
Zarkias
Paysan/Paysanne
Paysan/Paysanne

Nombre de messages : 49
Age : 32
Date d'inscription : 02/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Glorim le Sam 22 Déc - 10:43

résumé de la séance en cours et disponible d'ici ce soir...

Ce sera à priori possible pour moi de jouer le 4 dans l'aventure de Laurent si vous n'êtes pas trop nombreux
avatar
Glorim
Baron/Baronne
Baron/Baronne

Nombre de messages : 122
Age : 48
Localisation : Chambéry
Date d'inscription : 18/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  laen le Sam 22 Déc - 10:45

Au pire on sera 4 plus toi 5. À priori pas de problème je pense.
avatar
laen
Baron/Baronne
Baron/Baronne

Nombre de messages : 268
Date d'inscription : 10/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Glorim le Sam 22 Déc - 17:40

Mémoires de Rojer Tavernier chapitre 5

De retour à Pointesable, nous décidâmes d’attendre le retour de Kendra. La situation ne semblait pas s’être envenimée. Je me réjouis secrètement en apprenant que sept des dix orientaux du Tian Xian avaient plié bagage. Revigoré par cette nouvelle, je rejoignai ma chambre et déposai mes affaires avant de rejoindre mes compagnons de gloire à l’auberge du dragon rouillé. Je les trouvai rassemblés dans la mezzanine à l’étage. Le partage du butin avait déjà commencé, mais je n’avais pas été oublié: j’héritai une broche bouclier, qui me sauverait peut-être un jour de l’ire d’un puissant magicien ! Nanki, assis sur un petit tabouret de bois, remplissait méticuleusement un sac de cuir aux délicats rebords en soie. Il attrapa nonchalamment sa paillasse de voyage et entreprit de la glisser à l’intérieur. Même pliée, elle était trois fois trop longue pour rentrer. Je m’apprétai à lui en faire la remarque  lorsque je la vis disparaître complètement à l’intérieur. Il me gratifia d’une grimace malicieuse qui laissa apparaître brièvement ses dents pointues. Je me demandais alors combien de pièces d’or il pourrait dissimuler dans ce magnifique objet à l’avenir ! Le gnome lui, grattait l’encolure de son loup d’un air absent. Il avait chaussé une paire de lunettes aux reflets verts, qui accentuait encore son regard perçant. Une vive lueur m’éblouit soudain : Shoram venait de ceindre une paire de bracelets en mithril qui reflétaient la lumière comme si le pouvoir de Sarenrae elle même s’y incarnait. De son côté, Diana lustrait avec précaution son glaive comme s’il était désormais plus précieux que son épee batârde. Un coup de coude de Nanki me sortit de ma méditation. « les femmes sont changeantes, hein ! »
« tu veux dire versatiles ? Rétorquai-je »
« appelle ça comme tu veux, mais Diana vient encore de changer d’avis à propos de son arme de prédilection. Elle a fait transférer sa rune magique sur le glaive, et a également fait greffer la nouvelle qui permet de toucher les fantômes! »
« Sertir est un terme plus approprié ... »
« Therme, c’est pas là que certains vont se laver chez les humains ? », ricana Nanki
Je ne parvins pas à déterminer si le goblin se moquait ou non de mon vocabulaire précieux. Il dévala les marches de l’escalier qui menaient à la grande salle, et nous lui emboitâmes le pas. Seul Pied de Bois resta sur sa banquette. La compagnie de son loup lui suffisant probablement.

En bas, il y avait autant de monde qu’à l’habitude. Notre attention se porta sur une nouvelle venue. Une femme brune d’âge mur, dont la beauté ne laissait toutefois pas indifférent, était attablée dans le coin le plus sombre de l’auberge. Elle observait la salle avec défiance et personne ne lui tenait compagnie. Ameiko faisait mine de réagencer ses meilleures bouteilles de liqueur, mais il me  sembla que c’était pour mieux surveiller l’inconnue. Intrigué, je décidai d’aller faire sa connaissance. La dénommée Neferia se révéla avare de bavardages, mais ne cacha pas qu’elle était orginaire de Kaer Maga. Elle prétendit qu’elle n’était là que pour une nuit, et qu’elle devait se rendre à Port Péril, pour affaires. Peut-être pourrait elle éclairer notre lanterne sur les tensions à Khorvosa ? Je décidai de l’interroger sur la traite des esclaves pour mieux cerner sa personnalité. Elle ne cacha pas qu’elle en  possédait à titre personnel, et que cela ne la dérangeait pas le moins du monde. Après tout, c’était la coutûme de sa cité. Lorsque je vis Diana s’approcher d’un pas décidé, je compris qu’elle nous avait entendu, et qu’elle se montrerait moins compréhensive que moi. La guerrière commanda à boire par politesse, mais ses propos n’en furent pas moins acerbes pour condamner cette pratique dégradante. Si les échanges qui suivirent restèrent plutôt diplomates, ils n’en étaient pas moins mouillés d’acide. En quelques minutes, la température monta de quelques degrés. Blonde et brune se séparèrent en restant chacune sur leur conviction. La moue de Diana ne laissait aucun doute sur son agacement. D’un signe de tête discret, elle indiqua à Nanki qu’il serait bon de suivre cette femme. De mon côté, je tirais la conclusion suivante : c’était bien l’afflux de réfugiés qui nourrissait la tension ambiante, ainsi que le commerce de l’esclavage. J’amusai quelques temps la galerie avec un répertoire apaisant de fin de soirée et remisai finalement mon instrument en voyant Neferia monter vers sa chambre. Le voleur n’aurait personne à suivre ce soir...
Je décidai d’aller me coucher, convaincu que la guerrière n’hésiterait pas à rester plusieurs heures dans le froid, pour s’assurer que cette femme en habits varisiens n’irait pas fomenter quelque complot cette nuit.
Si je ne dormis pas aussi bien que je l’aurais souhaité, ce fut encore bien pire pour mes compagnons. De sombres cauchemars avaient perturbé leur sommeil, et leurs yeux rougis trahissaient leur fatigue. Le druide, la bouche sèche, nous relata le sien. Nous étions tous coincés dans le manoir de foxglove. Le temps s’accélérait sans cesse, et il nous voyait dépérir et mourir de vieillesse, alors que son propre visage se couvrait de rides. La longévité des gnomes attisant plus encore sa hantise de l’inéluctabilité du temps qui passe. Il était éviendent que nous avions été les victimes d’un sortilège. Nous pensâmes assez vite à un envoûtement d’origine occulte. Nos soupçons se portèrent immédiatement sur Neferia. Et si c’était la nécromancienne, grimée, qui se vengeait de nous pour avoir éliminé ses sbires guenaudes et avoir investi en partie son domaine, le manoir de l’infortuné Foxglove ? Pour l’anecdote, ce notable avait connu un destin tragique, quelques années plus tôt. Victime d’une maladie dégénérative, il avait conclu un pacte avec une entité démoniaque, dans l’espoir de recouvrer la santé. Cet arrangement n’avait eu que des conséquences néfastes et lui avait couté la vie et sa réputation.
Ameiko, un peu rassérénée par le départ des orientaux, qui avaient cessé de l’importuner avec une ancestrale histoire de famille, nous autorisa à fouiller la chambre de Neferia. La penderie n’avait pas été utilisée depuis longtemps, preuve de sa duplicité et de sa probable faculté à se déguiser magiquement. Bientôt, je reçus la visite des éboueurs demi-orques qui venaient réclamer leur dû, suite à la surveillance des calistriens. Je déboursai la majorité du faible pécule qui me restait, ne conservant en tout et pour tout que 20 pièces d’argent. Si leur surveillance n’avait rien donné, à leur grand dam, ils nous apprirent cependant qu’une inquiétante femme brune était allée fouiner près du phare. Nous nous hâtâmes vers l’antique construction, pour ne trouver que les calistriens, toujours aussi antipathiques. Un échange un peu rude nous confirma que la voyageuse était bien passée, mais nous ne parvînmes pas à leur tirer les vers du nez, un peu comme s’ils étaient éffrayés par Neferia.

Le druide nous souffla judicieusement d’aller rencontrer la prophétesse de Pointesable, la vénérable varisienne Nyshka. Elle nous apparût elle aussi très marquée, mais pour d’autres raisons. La situation politique tendue lui remémorait les prémices de la guerre qui avait opposé goblins et colons cinquante ans plus tôt. C’était comme si l’histoire balbutiait et cet atmosphère délétère la minait. Elle nous prépara toutefois avec bienveillance des talismans, qui nous aideraient à supporter les effets de ce sortilège de cauchemar. Pour elle, cela ne faisait aucun doute, le néromancien en était l’auteur !
Après avoir parlé avec Nyshka, notre perception changea quelque peu : Le druide avait été victime du maléfice, alors que Neferia ne l’avait jamais croisé. Il fallait donc que ce soit quelqu’un qui nous avait vu tous ensemble, et ce, avant l’arrivée du loup. Nous nous remémorâmes alors notre rencontre avec l’étrange prêtre de Sarenrae, auquel Diana avait narré tous nos exploits. Ainsi, il avait pu connaître nos noms et le détail de tous nos actes. Nous en payions aujourd’hui le prix ! Shoram se rappela alors les initales brodées sur la tenue du prétendu prélat : ce sinistre individu s’était fait passé pour un clerc, en s’emparant de l’habit épiscopal du prêtre disparu.

Equipés de nos colliers anti-rêves, il nous importait désormais de passer une nuit paisible, afin de conjurer la fatigue. Cet espoir s’effilocha avec la révélation de Nanki. Sa guilde lui avait appris qu’il serait en danger de mort cette nuit. Le danger viendrait il du nécromant ou des réactionnaires qui en voulaient à tous les goblins ? Nanki devait choisir entre l’aide de ses anciens amis et ses compagnons actuels. Par correction, il retourna informer la guilde de sa décision. 2 heures plus tard, il n’était toujours pas de retour. A l’impatience succéda l’inquiétude. Mais comment retrouver le repère de ses informateurs ?Ameiko nous indiqua une échoppe située dans les docks, le fat’s man fishbag. Une fois sur place, tous nos stratagèmes pour les faire parler échouèrent. Ils se révélèrent aussi imperméables à la corruption, la diplomatie qu’aux menaces. J’essayai même de les amadouer avec de la musique, mais ces rustauds ne furent pas sensible à la virtuosité de ma performance. Le charme de la guerrière lui, ne les laissa pas insensibles. Elle n’eut d’autre choix pour refroidir les ardeurs du plus entreprenant, que de lui asséner un bon bourre pif. Elle brandit ensuite une dernière fois son index intimidant sous le nez de celui qui semblait être le chef des monte-en-l’air, mais rien n’y fit : le bougre resta de marbre.
Le voleur devrait s’en sortir par ses propres moyens.

Nous décidâmes de nous réunir dans une chambre, et de veiller tour à tour les uns sur les autres. Pendant sa garde, le prêtre aperçut une lueur aux confins de la ville. Il passa ensuite le relais à Pied de Bois. Le gnome ne tarda pas à nous réveiller tous. Un acolyte du temple tambourrinait en effet à notre porte pour quémander de l’aide. Il nous indiqua qu’une procession était de retour à pointesable, et qu’elle comptait de nombreux blessés. Ces abrutis décérebrés avaient orgnisé un raid contre les goblins, et le pogrom avait dégénéré, faisant morts et blessés de part et d’autre. Shoram fît contre mauvaise fortune bon coeur et les soigna, ce que je ne pus me résoudre à faire, tant leur stupidité et leur haine gratuite m’exaspéraient. La guerrière eut encore plus de mal que moi à retenir son courroux contre les Scarleti et les Valdemar, à l’origine de cette vindicte populaire. Ameiko n’hésita pas à leur dire leur quatre vérités et Diana, comme à son habitude, enfonça le clou.

Au matin, Nanki refît surface, sain et sauf. Il ne chercha pas à s’excuser du souci qu’il nous avait causé, mais les évènements de la nuit précédente nous suffirent pour ne pas lui en tenir rigueur.
De plus, certains étaient encore plus épuisés que la veille, au point d’en être vraiment affaiblis.
La guerrière avait passé une meilleure nuit et, à titre personnel, j’avais eu la chance de me réveiller frais comme un gardon. Nous décidâmes d’aller voir Mayan, la guenaude repentie. En échangeant avec elle, une nouvelle piste se dessina : la dryade pourrait sans doute nous aider, tout en redorant le blason des humains aux yeux du shaman goblin, après le terrible accroc à la paix de la nuit dernière.

Nous attendimes le retour de Kendra et de ses mercenaires. La situtation politique la laissa aussi amère que possible, mais elle nous apporta une nouvelle fois son aide en cédant à la requête de Diana, et en nous offrant des parchemins de restoration pour soulager les victimes du sortilège de cauchemar. Les nouveaux mercenaires nous apportèrent assez peu d’information, tout à leurs préparatifs pour aller combattre le diable légendaire sur le plateau. Diana et Ameiko tinrent ensuite un court concilabule. Diana nous expliqua à l’issue de leur conversation que les princes démons du Cheliax tentaient de joindre leurs forces aux envhaisseurs démoniaques de la plaie du monde. S’ils devaient y parvenir, la Varisie serait irrémédiablement isolée. Pour peu que Port Péril referme la nasse, la situation deviendrait intenable. Une idée me traversa l’esprit : était ce là la véritable mission de Neferia à Port Péril ? Si elle n’était pas la nécromancienne, était elle l’un de ces agents démoniaques ?Je pressentis que Diana ne nous disait pas tout, mais sans doute le faisait elle pour de bonnes raisons.

Nous étions enfin prêts à trouver la dryade. Mes recherches m’en avaient appris suffisamment sur les bonnets rouges. Le sang dont ils imbibaient leur coiffe les rendaient plus puissants, et parvenir à voler leur couvre chef les afflaiblieraient. Ces créatures hérétiques craignaient particulièrement le fer froid et les symboles religieux. Shoram en prît bonne note. Il nous raconta comment il avait résisté au cauchemar et en avait identifié l’instigatrice : une redoutable guenaude noire et son monstre de compagnie, un immonde otiugh, sans doute retranchés dans les cavernes sous le manoir foxglove.

Le druide nous guida dans les bois, à la recherche de l’arbre de la dryade et sa science du pistage nous tint longtemps à l’abri des bonnets rouges. Malgré toute son expertise, la chance nous fît défaut et nous croisâmes quatre de ses ignominieux personnages aux faux tranchantes. Au bout du compte, nous n’étions pas mécontents de nous confronter à eux. Cela faisait plusieurs jours que nous rongions notre frein. Un bon combat nous permettrait de libérer toute cette agressivité latente.
Le prêtre brandit son symbole, mais la sincérité de sa foi n’effraya qu’un seul de nos adversaires. Ceux ci se ruèrent sur nous. Un premier revers de faux me lacéra le flanc. Je tentai de protéger ma vie en invoquant des leurres. Le druide fît apparaître une sphère de feu et le chapeau d’un bonnet rouge prît un bon coup de chaud. La créature se vengea sur son loup et l’infortuné prédateur se retrouva le museau en sang dans la mousse. Le bonnet rouge le piétina de ses lourdes bottes métalliques et nous entendîmes la cage thoracique craquer. Cinq homoncules firent leur apparation et avancèrent de leur pas lourd vers nos agresseurs. Il fixèrent leurs bras gourds aux jambes bottées pour les ralentir. Ce faisant, Diana tranchait et frappait d’estoc, détonnant mélange de détermination et d’efficacité. Un bonnet rouge tomba, puis un autre. Une main brûlante de Pied de Bois et une attaque sournoise bien palcée de Nanki eut raison d’un troisième. Un cri strident résonna alors et les homoncules relâchèrent leur emprise pour repartir d’où ils étaient venus. Il ne faisait aucun doute que leur maîtresse était attaquée. Nous décidâmes de concentrer nos attaques sur le dernier faucheur, avant de nous porter à son secours. Il tomba bien vite sous nos coups.

Une cinquantaine de mètre plus loin, six lutins maléfiques encerclaient la dryade. Le chef des bonnets rouges exortait ses congénères et attisait leur soif de sang. La fée essuya un assaut, puis trouva les ressources pour se mettre à l’abri au sein de son arbre protecteur. Les faux frappaient l’écorce telles des haches, arrachant de larges copeaux de bois et faisant voler des gerbes de sève. L’arbre éveillé anima deux autres chènes immenses. Avec le sylvanien, ils se mirent à harceler les bonnets rouges avec leurs lourdes branches. Shoram tendit son bras tatoué et en appela à sa déesse. La peur s’empara des tripes d’un bonnet rouge. Il s’enfuit sans demander son reste. Un autre resta au contact, mais sa prise ne semblait plus aussi assurée sur la faux acérée.
Entre temps, j’avais soigné le loup et le fidèle animal rattrapa son maître, au coeur de la mélée. La guerrière chargea le chef des bonnets rouges. Son glaive laissa une belle estafilade sur l’épaule de sa cible et poursuivit sa course pour se planter dans la cuisse du second. Depuis son arbre, la dryade  enchevêtra ses ennemis et en endormit un autre. Nanki avait choisi de se battre à l’opposé de la guerrière, et il se trouvait un peu trop esseulé. Il encaissa plusieurs coups qui le firent vaciller. Le prêtre avait lui aussi trouvé le temps de se soigner, mais il n’en oublia pas pour autant ses amis ; Une fois de plus, ses soins furent grandement appréciés. Dans un grand bruit sourd, le sylvanien s’effondra soudain, laissant sans défense une dryade traumatisée par cette perte.
Toute en maintenant mon chant, je fis apparaître un nouveau sylvanien, mais l’illusion, bien que parfaite, ne nous fit gagner que quelques secondes. Décidément, ce sort se révèlait bien peu efficace contre des adversaires intelligents. Un éclair de Pied de Bois claqua dans la barbe d’un bonnet rouge et la moitié de sa barbe noircit. Avant que la cible n’ai pu récupérer, un rayon de feu de Shoram l’atteignit de nouveau au bas ventre. C’est le moment que choisit la guerrière pour réaliser une passe d’arme formidable. Elle passa sous la garde du chef des lutins et lui transperça le plexus jusqu’au coeur. Le combat était gagné. Un bonnet rouge qui avait reprit ses esprits tenta bien un dernier assaut, mais peut être cherchait-il seulement à rejoindre son chef dans la mort ? Souhait que nous lui accordâmes prestement.
Une nouvelle fois, le loup avait payé de sa vie son dévouement à notre cause. La dryade nous remercia, et nous promit qu’elle nous débarasserait de ce cauchemar magique.  Nous lui proposâmes de l’épauler pour entreprendre un rituel suscpetible de ramener le sylvanien. Peut-être parviendrons-nous à relever ce défi. Je vous en dirai plus lorsque je me serai réaprovisionné en plumes, car la toute dernière vient de se fendre en deux...
avatar
Glorim
Baron/Baronne
Baron/Baronne

Nombre de messages : 122
Age : 48
Localisation : Chambéry
Date d'inscription : 18/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  tipav le Sam 22 Déc - 23:48

Encore un très beau résumé. sunny

Pour le 04 janvier, Philippe sera absent. Donc, tu peux venir Fab. Et comme ça, on pourra jouer et maintenir la rotation.

A ce titre, je t'invite à te mettre en relation avec Sven (Philippe est parti en vacances), afin qu'il te fasse un résumé. Il s'est passé énormément de choses depuis la dernière partie où tu as participé à ma campagne. Ils ont attaqué la 2ème partie de la campagne, et après avoir traversé de nombreux périls, et à quelques encamblures de rentrer dans la pyramide où ils doivent récupérer l'horloge sans fin pour empêcher les fanatiques d'ouvrir un portail entre Golarion et les plans froids et lointains de la Dak Tapestry, ils sont confrontés à un très gros dilemne: dans la montagne qu'ils viennent d'escalader, la Montagne Pâle, ils ont trouvé un champ de bataille avec de nombreux cadavres de gnolls, et ... une écaille de dragon blanc ... Le combat a eu lieu il y a 2 à 3 jours, et le dragon est reparti dans sa grotte, un peu plus au nord, manifestement bien blessé.

Le débat fait donc rage: faut-il prendre le risque d'aller affronter ce jeune dragon blessé, adversaire redoutable s'il en est même blessé, et adversaire pouvant être évité, surtout que les fanatiques de la Dark Tapestry sont en route, et quand arriveront-ils ? nul ne saurait le dire ... ou alors vaut-il mieux passer son chemin, pour ne pas retarder l'expédition, en laissant passer l'opportunité d'amasser un trèsor qui pourrait s'avérer fort utile pour la suite de la quête ?

Quel choix ferez-vous, donc ? ...
avatar
tipav
Duc/Duchesse
Duc/Duchesse

Nombre de messages : 647
Age : 48
Date d'inscription : 02/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Zarkias le Dim 23 Déc - 1:22

Merci pour ce résumé. Il s'en est passé des choses en effet, en Side off comme en Principale.

Pour ce qui est du dilemne, pour moi c'est tout choisi !
Mais avoir une équipe avec 1 autre prêtre au lieu d'un sorcier, ça change pas mal de choses... est ce réellement le même choix du coup ?
avatar
Zarkias
Paysan/Paysanne
Paysan/Paysanne

Nombre de messages : 49
Age : 32
Date d'inscription : 02/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Glorim le Dim 23 Déc - 8:18

Pigé.
Il faudrait m'indiquer à quel niveau je suis censé être (j'étais au 3). Effectivement, avec l'évolution du perso de Nico vers les soins, si j'ai bien compris, n'hésitez pas à me dire si je dois/peux jouer une autre classe, plutôt que mon prêtre.
La composition actuelle du groupe, c'est prêtre, rôdeur, druide et je serais le 4eme ?
J'attends vos retour sur le sujet...
avatar
Glorim
Baron/Baronne
Baron/Baronne

Nombre de messages : 122
Age : 48
Localisation : Chambéry
Date d'inscription : 18/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  tipav le Dim 23 Déc - 10:10

Ils sont du 4.

Pour la composition du groupe, je vous laisse en discuter entre vous. Mais sans le sorcier, c'est bien rôdeur, prêtre et druide.
avatar
tipav
Duc/Duchesse
Duc/Duchesse

Nombre de messages : 647
Age : 48
Date d'inscription : 02/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Zarkias le Dim 23 Déc - 11:49

Vu la composition du groupe, afin de ne pas trop impacter son équilibre et sa dynamique, je pense aux classes suivantes comme personnages de remplacement:

- Sorcier
- Voleur
- Magicien
- Barde
- Alchimiste
- Moine

Un prêtre, un rôdeur ou un druide feraient évidement doublon.
Un bourrin de type guerrier, barbare ou paladin ferait un doublon avec le Rôdeur voire le supplanterait et ferait bcp de dps en plus hors sorts. Côté Voleur c'est un peu ça aussi mais circonstancié. Le voleur ne fait pas que ça et excelle dans des domaines que personne ne maîtrise dans le groupe.
Côté sorcier il faudrait avoir d'autres sorts que le primal et le divin idéalement si tu optes pour un sorcier.
Le moine peut faire assez mal aussi niveau bourrinisme cac mais c'est un personnage tellement polyvalent qu'il en reste assez neutre de mon point de vue.

avatar
Zarkias
Paysan/Paysanne
Paysan/Paysanne

Nombre de messages : 49
Age : 32
Date d'inscription : 02/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Glorim le Dim 23 Déc - 13:01

Ok,

dans ce cas, je propose de jouer un magicien humain si Laurent est d'accord.

A+ Wink
avatar
Glorim
Baron/Baronne
Baron/Baronne

Nombre de messages : 122
Age : 48
Localisation : Chambéry
Date d'inscription : 18/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  tipav le Dim 23 Déc - 23:06

Pas de souci.

Je rappelle juste que le sorcier de Philippe est basé sur l'arcane. Mais il sera absent le 04 janvier.
avatar
tipav
Duc/Duchesse
Duc/Duchesse

Nombre de messages : 647
Age : 48
Date d'inscription : 02/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vendredi 21

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum